La transformation de l’économie politique des plantations et leur organisation du travail

Plantation de Cannes à sucre — Réunion, entre le 1879 et le 1891 - Source Centre des archives d'outre-mer; Auteur Henri Georgi (Vers 1853-1891)

 

Bien après le cadre théorique classique de l’économie des plantations dans les Caraïbes à la fin des années 1960 et 1970, un récent renouvellement de la littérature sur les plantations – en tant qu’objet d’étude et en tant que référence pour d’autres domaines d’études – voit de nouvelles dimensions critiques négligées dans la plupart des bourses passées. Ce regain d’intérêt est le bienvenu pour comprendre les formes et pratiques de gestion récentes, à savoir l’exploration des ressources naturelles telles que la terre et ses minéraux ou les écosystèmes.

Dans la présente communication, nous construisons une typologie de base des plantations à partir des premières expériences de São Tomé et Principe – qui ont précédé les plantations des Caraïbes et du sud des États-Unis d’Amérique – jusqu’aux deux premières décennies du XXIe siècle.

On peut distinguer trois périodes: (1) les premières plantations, avant le début du XIXe siècle; (2) l’extension, la diffusion et le déclin des plantations au XIXe siècle et leur transformation et introduction dans de nouveaux domaines et lieux de production économique, tels que les empires coloniaux asiatiques et africains; et (3) les plantations post-coloniales avec continuité et évolution par rapport à la période coloniale précédente.

La première section, après une brève introduction, porte sur les définitions conceptuelles et la discussion de la plantation, de l’esclavage, du travail forcé, de la technologie de production et du travail contractuel et sous contrat. Un contraste est établi entre les trois périodes – plantations précoces, plantations coloniales et industrielles et plantations post-coloniales. Le rôle du capital est mis en évidence en raison de son importance dans la formation des organisations productives et parce que les agents capitalistes sont différents à chaque sous-période.

La deuxième section développe une typologie préliminaire pour chaque période avec certaines de ses principales caractéristiques. Dans la troisième section, nous discutons de quelques cas représentatifs, notamment au Mozambique et à São Tomé et Principe.

La dernière section traite de la discussion de chaque type de plantation et des contrastes et similitudes entre eux avec une discussion finale sur les continuités et les ruptures avec les formes contemporaines de plantations telles que l’accaparement des terres.

La conclusion se termine sur une note ironique. Ce que la Banque mondiale qualifie d ‘«investissement direct dans l’agriculture» correspond à l’accaparement des terres par ses détracteurs, l’investissement dans les plantations par les capitalistes étant qualifié de système colonial ou d’exploitation.

 

 

Cite this article as: {Jacquinet, Marc}, La transformation de l’économie politique des plantations et leur organisation du travail,"{Management Critique}," in {https://critiquema.hypotheses.org}, 27/12/2019, https://critiquema.hypotheses.org/1047.

Marc Jacquinet

https://orcid.org/0000-0003-1157-060X

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search