De la Sociologie décorative (*)

 

crédits – Marc Jacquinet[/caption]

J’ai trouvé cet article (“Decorative sociology: towards a critique of the cultural”, Sociological Review, vol. 48, nº 4, pp. 629-648 de Rojek et Turner) très intéressant sur une certaine analyse sociologique de l’amalgame culturel oú tous les critères de vérité se valent. Ça vaut la peine de le lire pour éclairer meilleure les études des organizations et du capitalisme.

Cette approche a le mérite de jeter un regard critique sur le management et les sciences de gestion et de management. La littérature aujourd’hui est trop complaisante. C’est notamment le cas avec les études sur la responsabilité sociale des entreprises ou le développement durable.

 Je souligne l’importance du rapport de force et de la question du pouvoir dans les organisations.

Traduction du résumé de l’article de Chris Rojek et de Bryan S. Turner (2001), “Decorative sociology: towards a critique of the cultural”, Sociological Review, vol. 48, nº 4, pp. 629-648.

——————————————————————————————–

Dans cet article, nous décrivons une critique de la «sociologie décorative» en tant que tendance de la sociologie contemporaine où la «culture» a éclipsé le «social» et où l’interprétation littéraire a marginalisé les méthodes sociologiques. Par sociologie décorative, nous entendons une branche de l’esthétique moderniste consacrée à une lecture textuelle et politisée de la société et de la culture. Bien que nous reconnaissions le glissement entre les niveaux textuel et matériel de l’analyse culturelle, notamment dans les résultats de la Birmingham School, nous proposons que les racines intellectuelles des études culturelles signifient inévitablement que le niveau textuel est prépondérant. En mettant l’accent sur la dimension esthétique, nous cherchons à remettre en question l’image de soi politique de la sociologie décorative en tant que contribution à l’intervention politique. Nous soutenons que si le tournant culturel a contribué à réviser les approches des relations entre identité et pouvoir, race et classe, idéologie et représentation, il l’a fait principalement au niveau esthétique. Après Davies (1993), nous affirmons que la plus grande réussite du virage culturel a été d’enseigner aux étudiants à «lire politiquement». L’effet de ceci sur l’action politique concrète est une question empirique. Sans vouloir minimiser l’importance politique des études culturelles, notre hypothèse est que ce que l’on pourrait appeler «l’esthétisation de la vie» ne s’est pas traduit pleinement dans la politisation de la culture.

Nous soutenons qu’une sociologie culturelle adéquate devrait être guidée par un programme de recherche empirique, englober un cadre historique et comparatif, et avoir une orientation véritablement sociologique, c’est-à-dire centrée sur l’évolution des rapports de force dans le capitalisme occidental. Nous rejetons la tentative d’immerger le social dans le culturel et soulignons le développement d’une perspective alternative et intégrée du corps, du soi et de la société. Nous concluons en commentant brièvement trois contributions sociologiques à l’étude comparative et historique des institutions culturelles qui se rapprochent de cet agenda de recherche: Norbert Elias, Pierre Bourdieu et Richard Sennett.

 

Original: https://doi.org/10.1111/1467-954X.00236

 

(*) Texte provisoire


Marc Jacquinet

https://orcid.org/0000-0003-1157-060X

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.