Le débat sur l’université n’est pas fermé – entre sous-financement et burnout

 

 

Marc Jacquinet – première version le 7   XII 2020

 

Il y a déjà sept ou huit ans, j’ai participé à des débats sur la situation des universités, en Europe, en Afrique, en Amérique Latine et en Amérique du Nord, avec un intérêt naissant pour les universités asiatiques. 

Le leitmotiv était devenu le ranking, même si toutes les universités n’en sont pas affectées de la même façon. Le constat du malaise est profond (Bachelet 2003) et les techniques de management en sont devenues le carcan qui s’impose aux décisions – autrefois bien plus collégiales – et aux interactions sociales. 

Même au niveau des rapports professionnels – et surtout à ce niveau entre collègues – la norme du ranking – ou son synonyme flou l’excellence, cache une exigence de productivité et d’efficacité, surtout quantitative et suivant des normes de références de “prestige”, comme la publication dans des revues cotées ou hiérarchisées, faisant fi de la longue maturation des idées et des savoirs. L’originalité myope, concentrée sur un “puzzle” est de mise.

 

Le temps passe et nous sommes loin  des conceptions du milieu du XXème siècle (Jaspers 1923, profondément revu en 1946; Peyrefitte 1946/1994 ; Habermas, J., & Blazek, 1987) ou fin du XIXème siècle (Newman 1875/1924).  

   – Place de la Sorbonne – Paris V

Deux vecteurs sont à souligner ici: la surcharge du travail, qui va de pair avec un sous-financement, et l’urgence permanente. Le sous-financement peut être considéré comme un troisième vecteur. Il y en a d’autres que j’essaierai de décortiquer dans les mois qui viennent. 

Commençons par le financement. La part de l’investissement public pour les universités publiques s’est réduite, de même que pour la plupart des universités privées. Il s’agit du financement public qui comprend l’éducation, le transfert de savoir et la recherche. Toutefois, il est à remarquer que la part du financement public pour la recherche n’est pas la même dans tous les domaines du savoir. Il stagne dans les humanités et les lettres ainsi que les sciences sociales, trop incommodes. Même dans des domaines comme les sciences – notamment la physique – et l’ingénierie, il diminue. La part de l’investissement à la recherche de la part de l’Etat s’est réduite et adopte des normes de compétitivité. Obtenir un financement revient à se positionner sur un marché et vendre son CV avec son expérience et ses compétences. 

 

Pour ce qui est de la surcharge de travail, il n’est pas difficile de voir ce qui se passe. Les emplois sont de plus en plus précaires et on admet de plus en plus de travail gratuit de la part de post-docs ou même de doctorants sans bourses, qui travaillent dans de telles conditions pour faire un CV compétitif.

Les personnes qui partent à la retraite ne sont généralement pas remplacées, sauf par des travailleurs précaires. Certains réformés continuent de travailler, comme si c’était un hobby. Rien de mal a cela, mais ça renforce l’idée d’une sous-valorisation du travail dans le secteur, alors qu’ailleurs pullulent les consultants, grassement payés. Les tâches des professeurs universitaires et des chercheurs impliquent de plus en plus une extension vers la bureautique, les applications informatiques administratives de gestion de projet, d’évaluation, de rapport pédagogique, de comité de sélection de candidats aux différents cycles d’études. 

 

Le troisième élément est l’urgence, tout le contraire de ce que revendique les adeptes de la slow science. Il faut être efficace, avoir un productivité minimale ou en progression, tant pour la correction d’épreuves, d’examens, de l’évaluation de projets, de dissertation et de thèses de deuxième et de troisième cycle. Les week-end servent pour rattraper le retard de la semaine, et le soir et la nuit pour rattraper la surcharge du travail que l’on reçoit quotidiennement. Et les vacances? Elles servent à préparer les cours de la prochaine année, terminer ou faire avancer les publications en cours ou soumises à des revues et dormir un peu, mais pas trop. La rentrée est à la porte. On ne la voit pas arriver.

Tout cela explique l’augmentation des cas de burnout dans les universités, comme dans d’autres secteurs. Mais ici, le feu est lent. Il dure plusieurs années avant d’être consumé, dans beaucoup de cas; il est aussi silencieux. Comment, un universitaire, épuisé par le travail? C’est difficile à imaginer pour beaucoup, mais pour qui fréquente ou passe pas ce milieu c’est une dure réalité. 

Nous y reviendrons.


Références

 

BACHELET, J.F. (2003), L’université impossible. Le savoir dans la démocratie de marché, Bruxelles, Labor

CHOMSKY, N. (2010), Réflexions sur l’université, Ivry-sur-Seine, Raisons d’Agir

De GAULEJAC, V. (2012), La recherche malade du management, Paris, INRA Editions

DEJOURS, Ch. (2003), L’évaluation du travail à l’épreuve du réel. Critiques des fondements de l’évaluation, Paris, INRA Editions

DONOGHUE, F. (2008), The Last Professors. The Corporate University and the Fate of the Humanities, New York, Fordham University Press

GORDON, M. E. (2009). Trump University Entrepreneurship 101: How to Turn Your Idea into a Money Machine. Hoboken: Wiley.

HABERMAS, J., & BLAZEK, J. (1987). The Idea of the University: Learning Processes. New German Critique, (41), 3-22. doi:10.2307/488273

HOTTOIS, G. (2005), La science entre valeurs modernes et postmodernité, Paris, Vrin

JASPERS, Karl (1923/1946) The Idea of the University, London: Owen

NEWMAN, J. H. (1929). The idea of a university: Defined and ill. 1. In nine discourses delivered to the Catholics of Dublin, 2. In occasional lectures and essays addressed to the members of the Catholic University. London: Longmans, Green.

PESTRE, D. (2003), Science, argent et politique. Un essai d’interprétation, Paris, INRA Editions

PEYREFITTE. A. (ed. 1946), Rue d’Ulm. Chroniques de la vie normalienne, Paris 1994 

SCHRECKER, E. (2010), The Lost Soul of Higher Education, New York, London, The New Press

TAGUIEFF, P.A. (2004), Le sens du progrès, Paris, Flammarion

TUCHMAN, G. (2009), Wannabe U. Inside the Corporate University, Chicago, London, The Chicago University Press.

WYATT, J. F. (1982). Karl Jaspers’The Idea of the University: An existentialist argument for an institution concerned with freedom. Studies in Higher Education, 7(1), 21–34. doi:10.1080/0307507821233137928

 

Cite this article as: {Jacquinet, Marc}, Le débat sur l’université n’est pas fermé – entre sous-financement et burnout,"{Management Critique}," in {https://critiquema.hypotheses.org}, 07/12/2020, https://critiquema.hypotheses.org/1248.

Marc Jacquinet

https://orcid.org/0000-0003-1157-060X

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search