Considérations préliminaires à l’émergence de nouvelles formes organisationnelles et nouveaux processus du travail

Marc Jacquinet – Un. Aberta

Octobre 2014

[Projet développé dans le cadre de l’année sabbatique 2014-2015]

Si le changement et les nouveaux comportements sociaux sont des thèmes récurrents dans les différentes branches de l’étude des organisations et de la sociologie du travail et, dans ce contexte, il y a deux facteurs centraux que je mettrai en lumière: la transformation productive avec l’émergence de nouveaux acteurs et l’innovation technologique, au sens large . Les deux processus modifient les organisations et fonctionnent à court et long terme, même dans le cadre de la «vie» ou de l’écologie des entreprises.

 



Note de recherche

 

Si le changement et les nouveaux comportements sociaux sont des thèmes récurrents dans les différentes branches de l’étude des organisations et de la sociologie du travail et, dans ce contexte, il y a deux facteurs centraux que je mettrai en lumière: la transformation productive avec l’émergence de nouveaux acteurs et l’innovation technologique, au sens large . Les deux processus modifient les organisations et fonctionnent à court et long terme, même dans le cadre de la «vie» ou de l’écologie des entreprises.

Concernant le premier facteur, j’insiste ici sur l’élément crucial de la transformation de l’économie et de la société: l’émergence des entrepreneurs et des entreprises. Georg Simmel (1 895, 1898a, 1898b, 1898c, 1961) avait déjà souligné depuis près d’un siècle le rôle du renouvellement des générations et de l’entrée et de la sortie des individus de la société comme facteurs de transformation sociale. Ici, nous avons le même processus, mais avec des organisations, qu’elles soient entreprises ou non; un point souligné par l’approche de l’écologie des organisations (Hannan et Freeman 1977, 1984, 1989).

Concernant le deuxième facteur, l’innovation technologique, je me limiterai à deux thèmes, d’une part, l’e-learning dans le contexte des technologies de l’information et de la communication (TIC) et la transformation de la formation à l’aube du XXe siècle et , d’autre part, l’innovation organisationnelle, telle que définie par Schumpeter, les néo-schumpétériens et d’autres auteurs (Nelson 2001, Nelson et Winter 1982, Sanidas 2005, Schumpeter 191 1, Schumpeter 1934).

Dans cet article, je traiterai des deux facteurs que je dois inclure dans la littérature théorique et empirique des vingt dernières années, au moins dans le cas de l’entrepreneuriat ou de l’innovation organisationnelle et, dans le cas du e-learning, seulement les dix voire les cinq dernières années.

Dans la première partie, je qualifierai le sens de chacun des concepts que j’utiliserai. Dans les deuxième et troisième parties, j’analyserai les implications de ces deux facteurs pour le travail et les organisations en Europe respectivement.

Je terminerai l’article, dans la quatrième partie, par trois résultats de recherche et leurs implications possibles pour les politiques en matière d’éducation, de formation professionnelle (ou tout au long de la vie), d’emploi, de soutien à l’industrie ou aux PME et la création d’ entreprises avec différents types de création et de destruction d’emplois. Dans cette dernière partie, je soulignerai le rôle de la prospective dans l’articulation des résultats de recherche et des politiques publiques voire des stratégies organisationnelles.

les enfants qui travaillent au Maroc 2013 01 14

Des enfants qui travaillent au Maroc 2013 01 14 – 

 

Références

Hannan, Michael T. et John Freeman (1977): «L’écologie de la population des organisations», American Journal of Sociology, 82 (5), mars, pp. 929-64.

Hannan, Michael T. and John Freeman (1984): « Structural Inertia and Organizational Change, » American Sociological Review, 49 (2), Apr., pp. 149-64.

Hannan, Michael T. and John Freeman (1989): Organizational ecology. Cambridge, Mass.: Harvard University Press

Nelson, Richard (2001): « The Coevolution of Technology and Institutions as the Driver of Economic Growth, » in Frontiers of Evolutionary Economics, ed. by J. Foster and J. S. Metcalfe. Aldershot: Edward Elgar.

Nelson, Richard and Sidney Winter (1982): An Evolutionary Theory of Economic Change. Cambridge MA: Harvard University Press

Sanidas, Elias (2005): Organizational Innovations and Economic Growth: Organosis and Growth of Firms, Sectors, and Countries. Cheltenham: Edward Elgar

Schumpeter, Joseph A. (1934): The Theory of Economic Development. New York: Galaxy Book-Oxford University Press

Schumpeter, Joseph A. (191 1): Theorie der wirtschaftlichen Entwicklung. Leipzig: Duncker & Humblot

Simmel, G. (1895): « Über eine Beziehung der Selectionslehre zur Erkenntnistheorie, » Archivfür systematische Philosophie, I (l), pp. 34—45.

Simmel, Georg (1898a): « The Persistence of Social Groups, » American Journal of Sociology, 3 (5), Mar., pp. 662-98.

Simmel, Georg (1898b): « The Persistence of Social Groups. II, » American Journal of Soci0100′, 3 (6), May, pp. 829-36.

Simmel, Georg (1898c): « The Persistence of Social Groups. III, » American Journal of Sociology, 4 (l ), Jul., pp. 35-50.

Simmel, Georg and O. Rammstedt (1961): Soziologie. Frankfut-am-Mainz: Suhrkamp

 

Cite this article as: {Jacquinet, Marc}, Considérations préliminaires à l’émergence de nouvelles formes organisationnelles et nouveaux processus du travail,"{Management Critique}," in {https://critiquema.hypotheses.org}, 07/10/2014, https://critiquema.hypotheses.org/1256.

Marc Jacquinet

https://orcid.org/0000-0003-1157-060X

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search