Bio-économie et gestion des entreprises

 

La crise émergente, suite au Covid-19 et à ses conséquences économiques, sociales, politiques, culturelles et environnementales, s’approfondit. Elle devient plus sérieuse, pour beaucoup de secteurs économiques comme le tourisme ou le transport aérien de personnes. Le commerce et les activités culturelles sont mises au pas des restrictions. 

Une nouvelle perspective de gestion des entreprises est réclamée par beaucoup. En plus de l’économie circulaire, une alternative, la bio-économie (bioéconomie ci-après) est à considérer (Martinho et Jacquinet 2020).  

 

Une première définition de la bioéconomie est attribuée à Georgescu-Roegen (1975) dans un article sur la bioéconomie, qui défendait une perspective biophysique de l’économie, bien que cette attribution ne soit pas consensuelle parmi les chercheurs. La compréhension actuelle de la bioéconomie, qui a été développée au cours de la dernière décennie, est enracinée dans l’idée que les matières premières industrielles (par exemple, les matériaux, les produits chimiques, l’énergie) doivent être dérivées de ressources biologiques renouvelables, en utilisant la recherche et l’innovation pour déterminer le processus de transformation. On peut ainsi dire que la notion de bioéconomie est multiforme, où trois points de vue distincts peuvent être inclus, dont au moins les deux premiers semblent être significativement influencés par une perspective d’ingénierie et de sciences naturelles. Ces visions de la bioéconomie sont: 1. La vision de la biotechnologie met l’accent sur l’importance de la recherche biotechnologique et sur l’application et la commercialisation de la biotechnologie dans différents secteurs de l’économie; 2. La vision des ressources biologiques se concentre sur la transformation et la mise à jour des matières premières biologiques, ainsi que sur la mise en place de nouvelles chaînes de valeur; 3. La vision bio-écologique met en évidence la durabilité et les processus écologiques qui optimisent l’utilisation de l’énergie et des nutriments, favorisent la biodiversité et préviennent les monocultures et la dégradation des sols.

 

Pour plus d’informations voir la bibliographie et le lien ci-dessous. 

 

Bibliographie

Martinho, A. P. e Jacquinet Marc (2020) « TÓPICO 3 EDS: BIOECONOMIA UMA NOVA ÁREA DE DESENVOLVIMENTO ECONÓMICO », Lisboa, Universidade Aberta, 27 p. https://repositorioaberto.uab.pt/handle/10400.2/10254


Marc Jacquinet

https://orcid.org/0000-0003-1157-060X

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search