Grandeur néolibérale des politiques de coopération 

  Índias Negras, 1974, de Maria Helena Vieira da Silva

 

Marc Jacquinet

Discours du président chinois Xi Jinping lors de la cérémonie d'ouverture du 7e Forum sur la coopération sino-africaine à Pékin, le 3 septembre 2018.
Discours du président chinois Xi Jinping lors de la cérémonie d’ouverture du 7e Forum sur la coopération sino-africaine à Pékin, le 3 septembre 2018. Madoka Ikegami, Pool AFP

 

Dans bon nombre de pays dits en développement les politiques de coopération visent à soustraire, en grande partie, tout le processus de la conception à l’évaluation finale, en passant par l’exécution – du contrôle institutionnel et démocratique (parlementaire ou communautaire). 

Tout se passe comme si on mettait en place – avec le plein accord des parties (que ce soient des donataires et les “représentants” des bénéficiaires et des citoyens) – un mécanisme opaque de gestion d’intérêt tout en maintenant un semblant de transparence, rationalité et de decorum.

Le contrôle institutionnel démocratique est très limité dans les pays où règne un seul parti. Ainsi, le parti fait écran et ses hommes se positionnent entre le parlement et le négoce, pour faire écran. Tout se passe à la télévision, mais rien ne s’y passe, étant donné que le parti contrôle les informations qui y sont diffusées. La coopération, c’est la télévision, avec ce double écran – le parti à la télévision et le parti au parlement. En fait le double écran n’en est qu’un, avec couleurs, certes; mais avec dominante bi-chromatique, les couleurs du parti.

Si le modèle est de surcroît présidentiel, tout est plus simple, ou presque. On pourrait dire ainsi que le parti c’est moi, le président, et que, la télévision et le parlement,  ce tandem merveilleux, c’est moi –  encore une fois le président – l’écran parfait ou presque. Il s’agit d’un écran unique et monochromatique. Une seule couleur, celle du président primant sur celle du parti. 

Le contrôle institutionnel, en termes abstraits, implique toutes les branches du pouvoir – législatif, exécutif, judiciaire, et militaire. En plus, d’autres systèmes de normes interviennent, comme les références spirituelles ou religieuses, les valeurs culturelles et les idées des groupes d’intérêt.

Le tout consiste en une mise en scène – un théâtre des opérations – où l’essentiel des décisions et des rétributions se passent en coulisses et derrière des masques, marketing politique oblige. 

Et qu’est ce que le néolibéralisme a avoir avec ce théâtre? Tout ou presque, à tout le moins pour la période plus récente du XXIème siècle, le siècle de la convergence des utopies passées, de tout bord. 

Le néolibéralisme c’est le grand coup de balai non seulement du communisme (Ludwig von Mises et son fidèle élève, Friedrich von Hayek) mais surtout de la démocratie, de la voix de tous et du contrôle parlementaire et des communautés locales. Le mécanisme est simple, le marché est la solution, toujours la solution, même s’il n’y a pas de problème, surtout s’il n’y a pas de problème, dans ce dernier cas il est plus facile de passer derrière les écrans sans que personne ne se doute de rien. En effet, tout est fait au nom de l’efficacité et du bien être de tous. 

Le néolibéralisme c’est l’extension de l’ordre monétaire et des marchés à toutes les sphères, publiques, privées et familiales; en évitant, et c’est la différence avec l’ancien libéralisme, la participation populaire et le contrôle des masses, des gens, des peuples, des pauvres et de tous ceux qui doivent supporter austérité et la gammes des produits offerts par les élites productives et politiques. 

Et le communisme ou le marxisme dans tout cela? Le marxisme est sur la pente descendante et glissante, et le communisme, s’est converti au capitalisme, on parle désormais d’économie communiste de marché (voir l’arc Pékin-Moscou et l’initiative de la route de la soie; et, l’article 15 de la Constitution de la république populaire de Chine). 

 

En cette période de masques, les écrans sont là pour masquer les négoces, les couvrir de bonnes intentions. Ainsi, tout est pour le mieux dans le domaine de la coopération: le peuple travaille pour les élites et les élites travaillent pour les élites, dont le membre le plus insoupçonné – le président, et accessoirement, sa famille, et quelques amis pour porter les cannes à pêche. La kermesse de la coopération. 

Au niveau dogmatique, Franz Fanon,  qui dénonçait les masques, est remplacé par Friedrich Hayek, Fred pour les décorateurs néolibs, qui joue avec les masques, les écrans et tout la gamme des effets spéciaux. Soyez les bienvenus sur Startrek version von Mises ou sur l’Odyssée de l’espace version von Hayek trash-kitsch. 

Écoutez et ouvrez les yeux. Ouvrons la décolonisation de la coopération, dans tous les sens.

 

Cite this article as: {Jacquinet, Marc}, Grandeur néolibérale des politiques de coopération ,"{Management Critique}," in {https://critiquema.hypotheses.org}, 01/03/2021, https://critiquema.hypotheses.org/1293.

Marc Jacquinet

https://orcid.org/0000-0003-1157-060X

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search