La pandémie et le rétrécissement de la parole

Marc Jacquinet

 

À rebours des discours immédiats sur la pandémie et sur la crise actuelle, je tiens à souligner ma perplexité vis-à-vis des néo prophètes de somnambules, qui se pavanent sur les réseaux sociaux et dans les sessions zoom semi-censurées ou la communication est principalement à sens unique. Celui qui parle émet et n’écoute pas, il n’entend que ce qui confirme son biais, son bidule bricolé sur les ruines de la grande philosophie post-moderne.

La pandémie, c’est l’affaissement de l’horizon. Chacun se trouve fermé dans sa hutte, regardant par la lorgnette la caverne globale de l’empire digital, fumant son calumet antianxiolitique. 

Avec ce manque d’horizon, le dialogue se raréfie, et on passe à des discours brefs, déconnectés d’une perspective de futur, arrimés aux émotions du moment, aux jalousies passagères, aux relativismes permanents, à la recherche d’un absolu, souvent offert sur un plateau par des idéologies paresseuses et des populismes de poltrons qui tous privilégient le paradoxe de l’immédiat.

Les médias sociaux favorisent, même au sein d’organisations, l’insulte ou la violence verbale (twitter), l’envie ou le voyeurisme (Facebook), l’espoir d’un futur toujours meilleur mais toujours déçu (linkedin), l’accès à l’ignorance en conserve et la confirmation de biais de tout genre (google) et l’illusion de gratuité, de générosité et d’ouverture (les GAFAM en général) alors que derrière pointent de puissants modèles d’affaires (business models).

Plus on parle, moins on écoute; plus on interagit sur internet plus on néglige ses proches, ses voisins, sa communauté et soi-même.  L’être politique que nous somme émet des mots ou des phrases sans parler, lit sans écouter et et entend des sans sans écouter. 

La situation est grave. Je me suis souvent demandé, mais que faire?

 

Je continue ma recherche, mais en même temps j’agis, et j’exhorte tout un chacun à faire de même. Je limite mon partage des données. J’essaye ainsi de rééquilibrer les contrats que nous signons on que l’on a supposément acceptés. Par ailleurs, je dénonce, je choisis et je cherche à m’engager. Je prend part à des mouvements pour le respect, la défense et la promotion de la nature, et cela depuis tout jeune. Je continue sur cette voie, essayant d’améliorer mes actions. J’adhère à des mouvements de permaculture et de conservation et régénérations d’espaces verts dégradés et abandonnés. Je vais même vers l’action de reconversion de sites industriels profondément endommagés, notamment au niveau du sol contaminé. 

En plus de l’action, je lis, je m’ instruis et j’étudie le problème et je publie. Je prends aussi la parole.

Partant, j’intègre consciemment dans mon quotidien, mes actions, mes réflexions, mon écriture et ma prise de parole, les problèmes des organisations et des citoyens d’aujourd’hui, ne me limitant pas aux causes environnementales. Je combine la réflexion et l’action sur les problèmes environnementaux et sociaux. 

 

Cite this article as: {Jacquinet, Marc}, La pandémie et le rétrécissement de la parole,"{Management Critique}," in {https://critiquema.hypotheses.org}, 28/04/2021, https://critiquema.hypotheses.org/1319.

Marc Jacquinet

https://orcid.org/0000-0003-1157-060X

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search