Talibans, non-gestion de l’information et propagande – les Américains en Afghanistan

Talibans, non-gestion de l’information et propagande – les Américains en Afghanistan

 

 

Marc Jacquinet

 

Août 2021

 

On pourrait commencer ce billet par une référence à Tintin, comme Tintin au Tibet, ou, dans le cas présent, Tintin en Afghanistan. Il y a certainement une part de fabulations et de mythes sur l’histoire de ce pays, qui pour beaucoup se trouve au fin du monde, à tout le moins, à la marge des destinations touristiques ou de villégiature. Il s’agit plus de Talibans qui sortent de leur resorts et de soldats de l’Etat afghan qui abandonnent leur casernes, votant avec leur pieds et fuyant devant ce qui semble une fatalité ou une inévitabilité.

Depuis le mois de juillet – et surtout depuis l’avancée spectaculaire des groupes talibans et l’effondrement tout aussi surprenant de l’armée afghane, l’attention des médias s’est portée massivement sur une contrée qui échappe souvent aux analyses plus profondes. 

La surprise pour certains était totale, pour d’autres ça semblait inscrit dans l’histoire du pays. 

Il serait intéressant d’analyser brièvement ce “collapse” ou effondrement du point de vue de la gestion de l’information, de la sociologie de l’ignorance et de l’étude du marketing politique ou de la propagande ainsi que des théories du management. 

Pour cela, il est intéressant de commencer par la lecture et l’étude des Papiers d’Afghanistan, The Afghanistan papers, suite à un projet do Washington Post et qui est constituée d’une série de documents officiels et d’interviews d’acteurs de terrain, militaires et responsables politiques américains, depuis l’invasion du pays jusqu’au départ de ce mois d’août (Sigar 2021; Whitlock 2021).  

Le plus intéressant de l’ensemble de ces documents, c’est la partie des entretiens des responsables, ainsi qu’une partie des mémos. 

Ces documents sont notamment d’un intérêt spécial pour étudier ou appliquer les théories des organisations, la gestion de l’information, comment celle-ci est mise en place, quels sont les écueils et les problèmes qui émergent, et l’exercice de la propagande. Il y a aussi toute une série de thèmes de management sur la gestion de l’ignorance, l’approche top-down, la hiérarchie, l’hubris, la prépotence de certains responsables et gestionnaires, la gestion des valeurs et la gestion stratégique et des objectifs. 

Prenons le cas du CAAT – counter-insurgency Advise and Assist Teams, un service destiné à informer (les yeux et les oreilles sur le terrain) pour assister et conseiller ceux qui commandent à tous les niveaux sur le terrain (Comisaf ou ISAF). 

Toutefois, les informations dérangeantes, alarmistes n ‘étaient pas les bienvenues pour le Comisaf (Truth was rarely welcome on the CAAT. Everyone at ISAF just wanted to hear good news, so bad news was often stifled, SIAGAR ROI, Lessons Learned, 2016). 

 

Ou encore, selon le général Douglas Lute;  “We were devoid of a fundamental understanding of Afghanistan — we didn’t know what we were doing, lors d’une interview en 2015. Ce général a été un des hauts responsables de l’armée américaine pendant les présidences de Bush et Obama. Quels interprétations peut-on en tirer?

 

Les documents parlent d’eux-mêmes, mais une interprétation sur base des théories de gestion ou de sociologie des organisations sont fort pertinentes. Tout d’abord, l’entrée en guerre et la stratégie militaire n’est pas bien préparée. La mission et les objectifs ne sont pas clairs, au-delà de le combat contre l’Al-Queda. Mais les objectifs des militaires et des civils américains en Afghanistan, quels sont-ils? Par ailleurs, la responsabilité politique et le manque de préparation et de vision sont très préoccupantes. D’autant plus – et c’est un second point crucial, les décisions sont prises top-down (Voir les documents de Rumsfeld) sur base d’informations parcellaires et contradictoires. Il s’agit ici d’erreurs crasses de gestion. 

En troisième lieu, l’arrogance et l’hubris des responsables et consultants sont à analyser avec détail, dans un prochain billet. Il est important de se rendre compte du manque de formation et d’attitude critique des intervenants. L’information sur la réalité est escamotée et les décisions prises ne reposent pas sur des constats solides. 

En quatrième lieu, la tâche d’occupation et de construction d’un état afghan fort est tout simplement très complexe et ne peut marcher qu’avec l’implication de tous et pas seulement d’une partie trop mince de la population.

Les problèmes de l’Afghanistan ne sont pas seulement des problèmes de state building et de développement d’infrastructures et d’institutions et d’organisations étatiques. Il s’agit d’aller à la rencontre de la culture et à l’encontre des attentes des diverses populations du pays. 

Par ailleurs, la gestion de l’information semble plus être celle de la valorisation de l’ignorance ainsi que de la construction d’un système parallèle de propagande qui est lui aussi détaché de la réalité profonde. 

Beaucoup reste à dire et d’études à mettre en place sur le sujet. 



Références bibliographiques

 

Sigar (2021) Lessons learned Reports, 2015-2021, différents documents https://www.sigar.mil/lessonslearned/index.aspx?SSR=11&SubSSR=59&WP=Lessons%20Learned%20Program 

Whitlock, C. (2021). The Afghanistan papers: A secret history of the war. New York : Simon & Schuster

 

The Afghanistan Papers

 

Cite this article as: {Jacquinet, Marc}, Talibans, non-gestion de l’information et propagande – les Américains en Afghanistan,"{Management Critique}," in {https://critiquema.hypotheses.org}, 31/08/2021, https://critiquema.hypotheses.org/1338.

Marc Jacquinet

https://orcid.org/0000-0003-1157-060X

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search