L’insignifiance de la politique (hyper-)médiatiséé et médiatique

L’insignifiance de la politique (hyper-)médiatisée et médiatique 

Marc Jacquinet

Février 2023

 

Les récents cas de corruption au Parlement Européen et, plus près encore, celui du gouvernement et du président de la république portugaise soulèvent désarroi et beaucoup de questions, sans ignorer les nombreux événements dans les pays européens, aux Amériques et un peu partout dans le monde. 

Les images se succèdent comme des marmites ronronnantes, les discours déferlent comme une marée de cafetières sifflantes. Le logos perd son sens dans cette cacophonie de sons et cette logorrhée d’images. Les auditeurs sont transformés en une bassine fondée sur l’addition d’oreilles ou systèmes auditifs. Les spectateurs et spectatrices sont abasourdis. Ce n’est pas que d’incrédulité dont il s’agit, elle est certes très enflée, une sorte de tumescence, il s’agit aussi d’insignifiance. 

L’insignifiance dont parlait Castoriadis est de retour, eut-elle jamais disparu. 

 

Pour penser les différents cas actuels, et notamment le cas portugais, un texte de Cornélius Castoriadis nous porte à réflexion: 

Ce qui caractérise le monde contemporain ce sont, bien sûr, les crises, les contradictions, les oppositions, les fractures, mais ce qui me frappe surtout, c’est l’insignifiance. Prenons la querelle entre la droite et la gauche. Elle a perdu son sens. Les uns et les autres disent la même chose. Depuis 1983, les socialistes français ont fait une politique, puis M. Balladur a fait la même politique ; les socialistes sont revenus, ils ont fait, avec Pierre Bérégovoy, la même politique ; M. Balladur est revenu, il a fait la même politique ; M. Chirac a gagné l’élection de 1995 en disant : « Je vais faire autre chose » et il a fait la même politique.

 

Les responsables politiques sont impuissants. La seule chose qu’ils peuvent faire, c’est suivre le courant, c’est-à-dire appliquer la politique ultralibérale à la mode. Les socialistes n’ont pas fait autre chose, une fois revenus au pouvoir. Ce ne sont pas des politiques, mais des politiciens au sens de micropoliticiens. Des gens qui chassent les suffrages par n’importe quel moyen. Ils n’ont aucun programme. Leur but est de rester au pouvoir ou de revenir au pouvoir, et pour cela ils sont capables de tout.

(Castoriadis 1998: pp. 22-23)

Même si le texte date, il permet toujours aujourd’hui une perspective critique sur notre polis et notre société du spectacle, où personne, ni rien, n’est épargné.

La politique est presque toujours la même au Portugal, non seulement à cause des contraintes extérieures (économiques et politiques comme l’austérité, la troïka, les agences de classification ou rating), mais aussi à cause de la médiocrité et des discours et des pratiques devenus inaudibles, insignifiants. 

Les micropoliticiens ont pris le pouvoir, petis, mesquins, ambitieux pour eux-même, mais baignant dans un entre-soi petit bourgeois, rétifs à tout mea culpa et reconnaissance de l’autre. Tout se passe comme si les micropoliticiens, se cachant avec autant de pompe et de circonstance de leur condition de micocrétins (micro parce que médiocres), ne commettaient pas d’erreur. Ils n’assument ni leurs erreurs ni leur condition, pourvu que leur ego enfle ou leurs petites poches se remplissent alors que le fort intérieur s’atrophie. 

La question du sens – comme direction et comme signification – est devenue centrale. 

Où est le kairós (kairos)? Cette notion grecque classique peut-elle nous aider? Dans un monde caractérisé par le chaos et l’éphémère, ce n’est pas évident, d’autant plus que le kairos est un concept exigeant et on ne le transborde pas d’un endroit à un autre ou d’une époque à une autre. 

Les défis sont énormes, non seulement en termes de pensée et d’effort de compréhension du monde, mais aussi en termes de travail et d’effort quotidien, c’est-à-dire en termes de praxis. Le kairós grec est là, peut-être, ne le laissons pas fuir. 

Trois questions restent au niveau individuel et collectif: la réflexion (penser), le dialogue (discuter/dialoguer) et l’action (agir/changer). 

 

Au-delà de la médiatisation, c’est toute la société qui est concernée, et pas seulement les élites. Nous tous.

Quels sens donner à tout celà? 



Références

Castoriadis, C. (1997). El avance de la insignificancia (1. ed ed.). Eudeba [Buenos Aires]. 

Castoriadis, C. (1998, 8 1). Stopper la montée de l’insignifiance, par Cornelius Castoriadis. Le Monde diplomatique. Retrieved December 9, 2023, from https://www.monde-diplomatique.fr/1998/08/CASTORIADIS/3964

Castoriadis, C., & Mermet, D. (2007). Post-scriptum sur l’insignifiance : entretiens avec Daniel Mermet ; suivi de Dialogue (Nouv. éd ed.). Éditions de l’Aube La Tour-d’Aigues (Vaucluse). 

 Castoriadis, C. (2011). Postscript on insignificance : dialogues with Cornelius Castoriadis (English language ed ed.). Continuum London.

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marc Jacquinet (25 février 2023). L’insignifiance de la politique (hyper-)médiatiséé et médiatique. Critique du management. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vz4j


Marc Jacquinet

https://orcid.org/0000-0003-1157-060X

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search