Complexité: Une réflexion préliminaire…

La grande porte de l’Arsenal de Venise de Michele Marieschi (Venise 1710-1743), Eau-forte sur papier, Museo Correr, Gabinetto dei Disegni

 

COMPLEXITÉ (d’après Jacquinet et Caetano 2010) (1)

Selon Edgar Morin, “la complexité est un tissu […] de constituants hétérogènes inséparablement associés: elle pose le paradoxe de l’un et du multiple” (MORIN, 1990: 21). Déjà, pour Bruce Edmonds, “complexity is that property of a language expression which makes it difficult to formulate its overall behaviour even when given almost complete information about its atomic components and their inter-relations” (EDMONDS, 1999: 15).

On peut cependant distinguer deux sens fondamentaux de ce terme: comme réalité et comme méthode (DELORME, 2001: 81). Dans la première acception, la réalité est complexe parce qu’elle est composée d’une pluralité d’éléments qui interagissent mutuellement, engendrant, de cette manière, mouvement et matière. De tels éléments sont inséparables dans la formulation scientifique qui a une incidence sur eux. En d’autres termes, la complexité est faite de faits, de lois et de théories scientifiques qui se transforment en permanence.

Comme réalité, et plus précisément réalité sociale, la complexité se distingue d’autres concepts, notamment celui de “complication”. Ainsi, précisent Ost et van de Kerchove, “à cette époque [celle de Leibniz], on peut dire que la loi était seulement compliquée, tandis qu’aujourd’hui nous sommes obligés de parler de sa complexité. La complication résulte de l’accumulation de séquences simples; c’est la répétition du même code ou la même logique qui produit l’effet connu comme complication, dans le sens que un rouage d’horloge ou les automates du 18e siècle étaient compliqués, en comptant simplement sur un nombre limité d’équipements mécaniques. La complexité est quelque chose d’autre, qui résulte d’une multiplicité de codes interactifs et de types différents de logique travaillant ensemble; les mouvements, ici, sont linéaires, mais il y a également des relations récursives, causales, multiples et circulaires”. Urry, de son côté, met le phénomène de la complexité, en tant que complexification de la réalité, en relation avec celui de la globalisation (URRY, 2003 : 19-22 ; 2005a et 2005b).

Les concepts d’imprécision, d’ignorance et d’incertitude, pour ne parler que des plus notables, sont aussi liés à la notion de complexité, sans pour autant se confondre avec elle. L’imprécis, entendu comme sentiment de vague et comme aptitude à penser le multiple (ARNAUD, 1993), tout comme l’ignorance, résultent de la complexité, et en même temps la créent (EDMONS, 1999 : 60 et 79; LOASBY, 1976 : 2, 40 et 50; MOLES, 1995 : 221). Selon Edgar Morin, “la complexité coïncide avec une part d’incertitude [… mais] ne se réduit pas à l’incertitude, c’est l’incertitude au sein de systèmes richement organisés” (op. cit., p. 49 – italiques de l’auteur).

Dans la seconde acception, la complexité comporte une méthode d’appréhension et de systématisation de la réalité dans sa forme   actuelle (dans ses multiples relations et dépendances réciproques) et, éventuellement, dans son origine (ce qui ne dispense pas de l’explication et d la compréhension du sens de son évolution). La complexité comme méthode, outre qu’elle est valable pour toutes les sciences humaines, inclut les réflexions sur son rôle dans la société (voir essentiellement, dans ce champ, les travaux d’Edgar Morin ou, encore, dans des études récentes sur la globalisation, John Urry et Sylvia Walby).

Les réalités complexes se dédoublent  en deux notions explicatives: celle d’implication et celle de nature. La notion d’implication traduit l’idée qu’il existe dans la réalité, sous la forme d’ensembles, des actions humaines ou des effets qui s’y rattachent ou qui y sont liés, qui peuvent se compléter, se contredire ou se révéler incompatibles du fait qu’ils sont imprévisibles. Par opposition aux relations simples, qui exigent, intellectuellement, l’examen conscient des faits (DAMASIO, 2000: 341-2), cette multiplicité de relations complexes requiert une attention toute spéciale et du temps de la part de la science. Dans certains cas, cela exige une prise de conscience à l’échelle planétaire. Quant à la notion de nature, le paradigme de la complexité affirme l’unité de la pensée, y compris celle de la science: la pensée se meut toujours en avant dans le temps, convergeant éventuellement en un point de coordination (sans préjudice de la vérification d’impasses, divergences ou “interludes”): c’est un processus ou mouvement à bifurcations multiples, fruit de nombreuses contributions,  dont la force, la vitesse et l’intensité diffèrent. À l’encontre de la conception moderne de la science, selon laquelle la nature, étant donné son uniformité et sa ressemblance de fond est susceptible, après une observation neutre, d’une explication rationnelle au travers de lois naturelles, simples et immuables, le paradigme de la complexité établit que la nature peut représenter la même chose sous des formes différentes selon l’objet de la connaissance, tout au long de l’espace et du temps (CANGUILHEM, 1943: 11 sq. ; ARNAUD, 1991: 101 sq.).

Francesco Guardi, Arsenale, L’entrée de l’Arsenal de Venise, fin XVIIIème siècle.


(1) V. “Complexité” in André-Jean Arnaud (Dir.), Dictionnaire de la Globalisation. Droit, science politique, sciences sociales; Edition: Paris, LGDJ, Lextenso. Voir 10.13140/RG.2.1.3011.8888 ou

https://www.researchgate.net/publication/281785792_Complexite avec une version revue en portugais de 2015: http://hdl.handle.net/10400.2/5129.


Marc Jacquinet

https://orcid.org/0000-0003-1157-060X

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.