UNE BREVE NOTE SUR LA DOCTRINE DE LA SHAREHOLDER VALUE – OU DOCTRINE DE LA VALEUR DE L’ACTION

 Crédits: James Ensor – Museum voor Schone Kunsten, Antwerp, Belgium.


Cette breve note sur la doctrine de la shareholder value – ou doctrine de la valeure de l’action, ou encore doctrine de la valeure actionariae – découle d’un projet de recherche sur l’éthique des affaires, des comportements des multinationales et de l’exploitation des ressources naturelles. 


 

La valeur actionnariale est souvent présentée comme une théorie. Il s’agit en fait d’une combinaison de différentes théories issues de l’économie (finance et microéconomie) et est désignée, de manière plus appropriée, par les juristes (Stout 2012 et 2013) comme une doctrine ou même comme une forme du point de vue juridique, un mythe (Stout 2012). C’est en outre une fiction juridique qui s’est éloignée si unilatéralement d’autres concepts juridiques qu’elle a perdu du terrain face aux réalités productives, sociales, environnementales et de travail (Supiot 2015; Delmas-Marty et Supiot 2015). Il peut également être considéré comme une doctrine économique tirée de l’histoire de la pensée économique et de la littérature hétérodoxe en économie. C’est là une conception plutôt dominante de la valorisation des sociétés et de la définition de leurs responsabilités. Cette doctrine va très loin en effet. L’ironie de la crise financière actuelle a pesé lourd dans la théorie économique de la vision de la valeur actionnariale de la société selon laquelle cette théorie même est également l’une des principales causes de l’effondrement de l’économie.

La valeur actionnariale a influencé le droit, les mécanismes de marché, les marchés financiers et la gouvernance d’entreprise, ainsi que les juristes, les économistes (à savoir le mouvement juridique et économique et l’économie financière), les universitaires en gestion et en comptabilité, sans parler des consultants. En d’autres termes, la doctrine est utilisée quotidiennement dans les marchés financiers ainsi que dans la comptabilité et la gestion des actions. Elle domine non seulement la littérature universitaire, mais aussi les écoles de commerce, ainsi que la gestion et la pratique juridique.

Ce concept de valeur pour les actionnaires, au-dessus des parties prenantes, des travailleurs et des citoyens, a conduit et conduit à un court terme dans les décisions de gestion (Moore et Walker-Arnott 2014), à tous les niveaux, impliquant un risque élevé de parvenir à de mauvais compromis pour les systèmes écologiques, la société et les citoyens pauvres qui ne sont pas intégrés dans les processus. C’est une mauvaise nouvelle pour la conclusion d’accords qui respectent l’environnement et éliminent les problèmes sociaux qui nécessitent des solutions à long terme.


Marc Jacquinet

https://orcid.org/0000-0003-1157-060X

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search